Le Club Jane Austen, de Karen Joy Fowler

Publié le par elodie

club-jane-austen.jpgEn Californie, cinq femmes et un homme se réunissent chaque mois pour parler d'un des six romans de Jane Austen. Plus que les livres de la romancière anglaise, ce sont la vie et les amours de ces six personnages qui constituent le véritable sujet de ce Club : Jocelyn, célibataire d'une cinquantaine d'année qui comble sa solitude grâce à son élevage de chiens, Sylvia son amie d'enfance, en pleine séparation après 32 ans de mariage, Allegra, fille de Sylvia, ravissante homosexuelle, Prudie, jeune prof de français fraîchement mariée, Bernadette, sexagénaire toujours entre deux maris et Grigg, l'homme du groupe, quadragénaire fan de science fiction et objet de bien d'interrogations. Originalité : le roman est écrit à la première personne du pluriel, sans que l'on sache jamais vraiment lesquels de ces personnages sont représentés par ce « nous ».


Malgré un départ laborieux, une histoire d'autant plus lente à démarrer qu'elle s'appesantit un peu trop sur le premier des romans étudiés, le livre prend ensuite son rythme et nous fait découvrir des portraits attachants qui échappent souvent aux clichés. Par petites touches, avec une certaine lenteur et beaucoup de détachement, mais aussi un humour tout en finesse, Karen Joy Fowler nous embarque dans la vie des ces six personnes à travers leur histoire actuelle, passée ou à venir. Elle réussit particulièrement à faire vivre ces petites anecdotes, de celles qui font perdre parfois le fil de l'histoire centrale mais qui la pimentent de façon originale.


Si vous ne connaissez rien à Jane Austen, ne craignez rien : passé le premier chapitre, l'oeuvre de l'auteur anglaise perd de l'importance au profit de l'histoire des membres du club et ne devient plus qu'un prétexte. Un peu trop à mon goût d'ailleurs, moi qui adore Jane Austen. Mais après tout, j'ai apprécié ce jeu de questionnements littéraires (un petit listing des questions posées par les membres du club en annexe est d'ailleurs une petite perle) qui comme dans la vie des vrais lecteurs occupe l'esprit sans devenir obsessionnel.


Cela donne un roman humain et intelligent, qui rompt avec le rythme des romans anglo-saxons actuels de façon parfois déroutante, et un bel hommage à l'auteur d'Orgueil et Préjugés.

Publié dans Comme un roman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hydromiel 14/06/2007 11:23

J'ai très envie de le lire celui ci

elodie 15/06/2007 09:25

Tu me donneras ton avis !

Tatiana 13/06/2007 19:57

j'avais adoré...:)

elodie 14/06/2007 10:37

Je n'irai pas jusque là, mais c'est une bonne lecture, effectivement