Come-back

Publié le par elodie

Me voilà de retour après 10 jours de vacances à Marseille, dans ma famille. Cet été, je cumule les vacances. Vu que les affaires sont en berne, j'en profite. Comment ça, ça n'est pas logique ? Vous n'allez pas faire comme mon banquier quand même ? Et puis j'avais besoin de soleil après ce long mois d'octobre. D'autant plus que ce ne sont pas mes prochaines vacances qui vont m'aider à faire le plein de rayons UV. Disons que le Maroc, la Grèce ou les Antilles, ça ferait un choc climatique trop violent cette année, alors histoire de ne pas me sentir dépaysée, j'ai choisi plutôt la Bretagne et la Normandie. L'Irlande était une autre possibilité, mais tant qu'à avoir du mauvais temps, autant faire dans la proximité.


Donc voilà, cette semaine à Marseille, c'était juste thérapeutique. Même si la Sécu ne semble pas décidée à me rembourser. Je ne comprends pas pourquoi. On pourrait considérer ça comme une « cure solaire destinée à booster les défenses psychologiques ». Et que ça ne rentre pas dans les codifications de la CPAM ne change rien à l'affaire, je suis revenue bien plus détendue et prête à affronter en même temps : la pluie, le froid, les refus des rédacteurs en chef, 3 schtroumpfs en vacances, un mari épuisé, un stock entier de fenêtres à repeindre, etc, etc.


Pourtant, on le sait une cure ce ne sont pas seulement les massages détente et relaxation. Il y a toujours la partie moins drôle, celle qu'il faut deviner entre les lignes du dépliant de présentation, avec les jets qui font souffrir et le régime alimentaire version ultra-light. Là c'était un peu pareil. J'ai dû payer une contrepartie.


J'ai évité la fatigue de 10 heures de voiture, mais pas celle du trajet en train avec mes 3 adorables bambins et le couple cinquante-ans-actif-sans-enfant-et-décidé-à-ne-pas-
subir-les-bavardages-des-enfants-des-autres bien évidemment installé juste derrière moi.


J'ai néanmoins pu profiter d'une (presque) sagesse exceptionnelle des mes schtroumpfs que j'avais longuement briefés pour être sage pendant 6h30, mais j'avais oublié de les prévenir des retards de la SNCF et au vu des 40 minutes supplémentaires, j'aurais mieux fait d'y penser.


J'ai eu droit au déjeuner à la plage, mais avec le mistral qui faisait s'envoler les feuilles de ma salade et les frites des enfants.


J'ai pu me baigner dans l'eau bleu de la Méditerranée, mais en compagnie de charmantes méduses, qui avaient eu la même idée que moi.


J'ai profité du soleil, mais il faut que je fasse d'urgence un stage d'étalage de crème solaire, les zones oubliées ayant viré rapidement au fushia flashy.


J'ai profité d'être reçue et bien reçue pour manger tout ce que j'aime et faire le plein de rosé bien frais, mais ma balance ne m'a pas oubliée au retour.


J'ai revu, frère, soeur, beau-frère, belle soeur, parents, grand mère, nièces, neveu et copines mais c'était dur de se dire au revoir et à dans longtemps.


J'ai testé le train de nuit (toujours avec mes 3 schtroupmfs) histoire de varier un peu les plaisirs et de faire un trajet en silence mais j'ai constaté que la SNCF fait toujours bien les choses : si elle prend la peine de demander l'age des enfants, c'est pour mieux pour les séparer de leur mère en répartissant la famille dans deux compartiments différents.


Mais les responsables des cures ne sont pas fous : ils ont bien compris que toutes les petites contraintes sont là pour faire apprécier encore plus les moments de plaisir. La preuve : j'ai hâte de repartir en cure au mois d'août. Avec l'air breton vivifiant, allié aux crêpes et au cidre, je vais sûrement revenir en pleine(s) forme(s) !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

freesia 19/07/2007 18:39

aaah ce mois d'octobre...
dis-moi, c'est courageux le train de nuit avec les loulous séparés ! j'imagine les retrouvailles avec ta famille et le départ... pffffiou que de choses en dix jours!
biz

elodie 20/07/2007 09:17

Je te rassure, pour le train de nuit, j'ai suffisamment râlé auprès du contrôleur pour qu'on nous case tous ensemble au bout du compte. Heureusement que j'avais passé une heure à acheter mes billets en demandant un compartiment famille ou femmes seules !