J'ai tout faux !

Publié le par elodie

miracle.jpgQuand je vous disais qu'il suffit d'imaginer quelque chose pour que ce soit l'inverse qui vous arrive... cette fois encore ça n'a pas loupé.


Hier, je vous ai laissé en plein suspens sur la rentrée de mes schtroumpfs, sans vous dire si l'histoire avait un happy end, mais en laissant entendre que la rentrée risquait fort de faire comme le Titanic (je vous l'avais dit que j'étais monomaniaque !) : partir de façon idyllique pour terminer dans les profondeurs abyssales à l'arrivée.


Et bien, rien du tout, mon Titanic a moi n'a pas coulé, il est même arrivé à bon port en libérant des passagers ravis enchantés et prêts à refaire le voyage.


D'abord mon Terrible est resté sage. Je sais, ce n'est pas normal, ça m'inquiète parce que ça doit cacher de quelque chose de pas clair, mais même sa maîtresse qui le connaît bien, m'a annoncé, éberluée, limite avec des trémolos dans la voix, qu'elle avait du le féliciter. En plus, lui qui est un monument de diplomatie (tout de même capable d'expliquer à la cantinière qu'il ne peut pas manger ce qu'elle rpépare parce que c'est trop mauvais, mais que si elle veut il lui apportera les livres de cuisine de sa maman, sic !) a trouvé le moyen de se réconcilier avec ses deux ex-meilleurs copains dans la même journée. Et miracle des miracles, il est rentré de l'école avec à la main la trousse (remplie bien entendue et en bon état) qui s'était volatilisée mystérieusement le dernier jour d'école et sur laquelle j'avais déjà fait une croix définitive.


Quant à Petit dernier, non seulement il ne s'est pas contenté de son « oui » laconique habituel lorsque je lui ai demandé s'il avait passé une bonne journée, mais il m'a carrément inondée d'un flot de paroles. Les miracles ayant eux aussi leurs limites, je n'irais pas jusqu'à dire que son langage était intelligible. Mais j'ai tout de même rapidement compris qu'il avait fait de la peinture avec les mains (enfin, je pense que c'est ce qu'il a dit, parce que de façon étonnante je n'ai retrouvé de peinture ni sur ses mains, ni sur ses vêtements !). Il m'a également répété une bonne vingtaine de fois qu'il était un « grover ». Il a sans doute eu raison d'avoir été un peu insistant sur ce coup, parce que si je me doutais bien que sa maîtresse ne l'avais pas traité de « gros ver », j'ai vraiment mis du temps à deviner que le « grover » en question était le « groupe vert » (ce qui change radicalement du groupe rouge de l'an dernier, n'est-ce pas).


Et le petit plus qui m'a rendu cette rentrée encore plus réussie, c'est de n'avoir en tout et pour tout que deux fiches à remplir et pas le moindre petit livre à couvrir. Et tant pis pour le super-rouleau de papier transparent (10 mètres, pour une fois que j'avais prévu gros !) que j'avais acheté en prévision. Je n'ose pas espérer qu'il ne me servira pas un jour !



Commenter cet article

NatduVénéz 28/08/2007 20:26

Bah oui, ça laisse rêveur !!!
Et pour le rouleau, pas de panique, attends le collège, y'en aura des livres à couvrir !
Remarque, si t'es comme moi, tu l'auras perdu d'ici là, le rouleau...

elodie 29/08/2007 14:06

En fait pour le rouleau je ne suis pas trop inquiète : ma grande est au collège, et sa rentrée à elle est dans une semaine. il y a fort à parier que mon rouleau me serve à ce moment-là :-(

Ashley 28/08/2007 19:07

Ah bah dis donc, ça laisse rêveur (un peu comme mes vacances, ah oups je l'ai dit encore)

elodie 29/08/2007 14:04

Oui ça laisse rêveur. Pourvu que le réveil ne soit pas trop dur ! Mais dis donc, tu serais pas en vacaces toi ?