Y a-t-il une vie après 30 ans ?

Publié le par elodie

Perso, j’aurais plutôt tendance à répondre oui, sans même y réfléchir, puisque après tout j’ai testé pour vous au péril de ma vie donc, et ce depuis plusieurs années. Jusque là, j’imaginais même bêtement qu’il y avait aussi une vie après 40 ans, et en voyant l’échéance se rapprocher j’avoue que je ne pensais pas d’abord à ma mort.

 

Mais il faut croire que cela ne va pas de soi puisque je ne sais plus quel magazine télé vendu dans mon supermarché (bien fait pour lui, avec de tels sujets, il  ne mérite même pas le kiosque) posait cette question hautement scientifique à la Une l’autre jour. J’imagine la rédaction sur les dents, en pleine élaboration d’un dossier d’une telle envergure et doté d’enjeux essentiels à la survie de l’humanité. Envoyés spéciaux, experts de la question et journalistes d’investigation ont dû se mobiliser pour répondre à cette question. Ils sont même allés jusqu’à plonger dans les archives de Voici et de Gala pour nous dégoter quelques trentenaires survivants.

 

D’ailleurs je devrais dire survivantes parce que pour les hommes, la question est réglée : tout le monde sait qu’eux n’ont pas d’horloge biologique, que les tempes poivre et sel c’est ultra sexy et que leurs pattes d’oies au coin des yeux rajoutent à leur charme. Pour nous misérables vieilles peaux (oui à 30 ans, c’est bien connu, les femmes sont des veilles, peaux, si vous ne me croyez pas il ne vous reste plus qu’à réviser Balzac et vos classiques), il en va tout autrement. Une ride s’annonce ? Ciel, cachons là d’un coup de botox ! Une paupière s’affaisse ? Il est temps de prendre RV avec son chirurgien esthétique ! Quoi, à 30 ans ? Ben oui, plus vous attendez, plus graves (et plus irréparables) seront les dégâts. Sans compter qu’à 30 ans sans homme ou sans enfants, nous sommes des pauvres filles, au mieux des Bridget rigolotes au pire des catherinettes échappées du 19ème siècle.

 

Et moi qui croyais porter ma croix depuis des années avec les sylphides étalant leur longilitude (oui décidément j’aime bien les mots en –ude, et c’est bien pratique quand on ne trouve pas le terme juste) sur la couv des magazines féminins, pendant que j’essayais vainement d’éliminer mes rondeurs plus de 6 mois d’affilée. Voilà que j’apprends aujourd’hui que la frontière du grand âge était derrière moi depuis de longues années alors que je pensais avoir encore quelques mois de répit. Ronde et vieille, ça fait décidément trop pour la même femme !

 

Enfin, je vous rassure, surtout pour celles qui ne sont pas encore concernées et restent donc dans le doute affreux : les journalistes en question ont quand même retrouvé quelques spécimens échappés à la grande extinction guettant les trentenaires. Notamment Jennifer Aniston (38 ans) ou Eva Longoria (32 ans). Nous sommes sauvées. Le trentième anniversaire n’est donc pas synonyme d’une condamnation à mort.

 

Bon bien sûr il faut passer sa vie à Hollywood, être célèbre, riche, pas trop moche et évidemment rentrer dans un 36. Mais avec les progrès de la recherche on peut espérer une molécule permettant la survie de l’espèce même pour de simples françaises.

 

Pas de bol, d’ici là j’aurais franchi le cap des 40 ans. Il ne me reste plus qu’à continuer à me préoccuper de mes malheureuses rondeurs…

Publié dans Bla-bla

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Super Croquette 03/10/2007 14:53

Quand même c'est beau la trentaine et du coup approcher la quarantaine cela m'angoisse. Si en plus je me dis que je vais devenir maman pour la première fois l'année de mes 40 ans tout en étant encore à la fac à ce moment là...
Je ne dois pas avoir la lumière à tous les étages.
Toi tu seras alors sur la scène de la Scala ou à Pop Star!

elodie 03/10/2007 19:10

Mais au contraire, ça te rajeunit tout ça ! Alors que moi, si je postule à la Starac, à côté de tous ces gamins, je ferais vraiment vieille peau !

lory 03/10/2007 10:46

Aihh...l'age, le temps...tic-tac, tic-tac...
le meilleur système pour oublier l'age et les rondeurs, c'est de penser à ceux qui ont une souffrance réelle, à ceux qui ne peuvent pas manger à leur faim, aux enfants qui souffrent;...nos "problèmes", d'un coup, prennent une autre dimension.
..et je suis en plein la dedans!avec des kilos de trop et j'ai 43 ans!

un gros bisou,
..et profite de bonnes choses...

elodie 03/10/2007 11:49

Tu as raison, il faut relativiser. Surtout qu'entre la gourmandise et l'envie de maigrir mon coeur balance...

Gene 03/10/2007 08:01

Y z'en disent des bêtises dans ton journal TV Elodie ;-) Pour moi, c'est après trente ans que je me suis sentie vraiment bien dans mes baskets, prête à dévorer la vie, et c'est là que j'ai fait le plus d'avancées professionnelles et personnelles. Maintenant après 40 ans, je me repose un peu, mais pas trop tout de même : faut vraiment que je m'occupe de mes rondeurs aussi :-)

elodie 03/10/2007 09:37

Je suis bien d'accord avec toi pour les bêtises. D'ailleurs je ne l'ai pas acheté, ils disent trop n'importe quoi. Et je n'ai pas l'impression que ta vie soit de tout repose, 40 ans ou pas !

NatduVénéz 03/10/2007 01:12

Bah, moi, au contraire, après 30 ans, j'ai vraiment eu l'impression de commencer à exister vraiment ! Plus de questions sur ce que je voulais faire, ce que je devais faire !
Plus je me rapproche de la quarantaine et plus je me sens vivre !!!
Remarque, j'ai toujours été un peu en décalage !

elodie 03/10/2007 09:35

Non tu n'es pas en décalage, je pense que c'ets le cas de beaucoup de femmes. C'est une belle période la trentaine, il n'y a que les mag TV pour dire le contraire.

Ashley 01/10/2007 21:14

C'est marrant, moi j'ai l'impression qu'après 30 ans, c'est là où on devient vraiment quelqu'un. Non pas qu'avant on soit personne, mais après trente ans, c'est un âge qui me semble vachement bien. DE toute façon, pour moi, l'âge qui commence à être pas bien c'est quand tu perds en autonomie.
Sinon, peux-tu m'envoyer un mail pour que je puisse t'en envoyer un à mon tour s'il te plaît?

elodie 02/10/2007 10:04

je suis assez d'accord, 30 ans c'est un âge vraiment bien. En fait jusqu'à présent j'ai aimé tous les âges (pourvu que ça dure !) sauf l'adolescence.