Comme en 1995

Publié le par elodie

greve.jpgEn 1995, j'habitais Paris et j’étais enceinte. Enfin, pas au point d’avoir une bonne excuse pour ne pas venir bosser les jours de grève, et encore moins d’être en congé maternité. J’avais encore un ventre plat (façon de parler, disons plutôt un ventre ni plus ni moins rond que d’habitude) et quelques petites semaines de grossesse derrière moi. Et même pas la moindre petite nausée pour me servir d’excuse. En revanche, juste ce qu’il faut d’hormones pour ne penser qu’à une chose du matin au soir : dormir ! Alors avec la marche à pied pour aller jusqu’au bureau, je n’ai pas eu à déplorer la moindre insomnie. Et encore, j’étais une sacrée veinarde : ayant pitié de moi et de ma future sauterelle, un charmant hôtelier de ma connaissance m’avait quelques temps gentiment hébergée à 5 mn de mon bureau (en tout bien tout honneur, non seulement j’étais presque sa fille, mais en plus j’étais logée avec mon mari).

 

En 2007, j’habite en pleine campagne, la gare la plus proche est à 12 km de chez moi, et elle ne voit passer que des TER. Alors vous pensez bien que métro et RER ça ne me concerne pas vraiment. Quand on a annoncé une grande journée de grève, vous pouvez donc vous douter que je ne me suis pas sentie vraiment concernée. Je n’irai pas jusqu’à dire que je jubilais, faut pas pousser, j’ai trop vécu ça pour me moquer des pauv’ Parisiens à pied, en stop ou à vélo (et vive le Vélib !). Mais disons qu’en dehors d’une solidarité morale, l’idée d’une journée de grève ne m’a pas remué les tripes.

 

Ouais, ben j’aurais mieux fait d’être un peu plus remuée, c’est moi qui vous le dis. Parce que j’avais oublié que dans la série « pas de bol » j’étais championne. Alors devenez qui c’est qui doit faire un aller retour sur Paris en 24 heures ? Et comme c’est pour une triste raison que je dois partir (même si je ne suis pas concernée au premier chef ) et qu’il y a certaines circonstances ou un retard est inenvisageable, je vous laisse devenir l’état de mon humeur et ma solidarité envers les manifestants et les régimes spéciaux, là tout de suite maintenant.

 

Heureusement, depuis 1995 je me suis mise à conduire. Plutôt que d’attendre un hypothétique train sur un quai bondé, je serai donc quelque part sur les périph et dans les embouteillages avec des millions de parisiens ce soir, histoire de les soutenir un peu plus que moralement !

Publié dans Ma p'tite vie de fille

Commenter cet article

Super Croquette 23/10/2007 20:42

Bon voici deux jours que je renonce à poster ce mot de peur de vexer mais là tant pis je me lache :

" C'est par solidarité que tu fais la grève du post ?"

Super croquette alias super raleuse ou encore super accro

elodie 24/10/2007 20:45

Je n'ai même pas le tempsd e faire grève, là je pense ! Mais tu vas arrêter de râler, j'ai posté !

NatduVénéz 18/10/2007 23:54

D'accord avec Freesia, un bon bouquin, un bon CD et on essaie de rester zen...
facile à dire, je sais !

elodie 20/10/2007 15:17

Merci, et tu as raison, il faut essayer de rester zen. Et j'y suis à peu près parvenue ;-)

freesia 18/10/2007 18:24

c'est vrai que dans le genre pas d'bol... tu as un bon bouquin au moins? biz

elodie 20/10/2007 15:15

Quelle question ! J'ai TOUJOURS un (plus ou moins) bon bouquin !

Ashley 18/10/2007 17:57

Bon courage alors (pour le moment pas gai et pour les bouchons)

elodie 20/10/2007 15:14

Merci, j'ai tenu bon (dans le moment pas gai et dans les bouchons), ouf !