Dans une autre dimension

Publié le par elodie

feu-d-artifice.gifLes jours se suivent et ne se ressemblent pas. Il y a ceux où je patauge dans l’immonde magma de ma fosse septique (cool !) et ceux où je vis de vrais moments hors du temps. Et heureusement parce que 365 jours avec des histoires de fosses septiques, 1/ je ne suis pas sûre que mon blog aurait des lecteurs

2/ je ne suis même pas certaine que j’aurais encore le courage d’en écrire un. Ni de faire quoi que ce soit d’autre d’ailleurs.

 

Donc pour une fois, je vais vous parler d’un vrai moment glamour. Que même Brad et Angie ils en vivent des pareils. Enfin, là j’exagère peut être un peu.

 

Samedi soir, c’était jour de fête à Trifouillis les oies. Pas dans tout le village, non, non juste dans ma maison à moi. Et même exceptionnellement, juste pour mon mari et moi. Exit les schtroumpfs cette fois-ci puisque c’était notre anniversaire de rencontre.

 

Comme il s’agissait d’un anniversaire exceptionnel, qui montre qu’on est au-delà du vieux couple mais presque un couple de vieux (oui presque, je tiens à la nuance pendant les 4 mois de répit qu’il me reste), j’avais fait en sorte que mon mari n’oublie pas la date par de fines allusions du style « Chéri, ce week-end tu n’as pas intérêt à oublier notre anniversaire de rencontre ». Il avait d’ailleurs bien compris l’enjeu parce qu’au lieu de répondre un classique « quoi ? ah, oui c’est vrai », il me lançait juste un nettement plus rassurant « non, non bien sûr je n’oublie pas ». Et pour être sûre de ne pas me transformer en cuisinière-tâchée-sentant le graillon ou de devoir gérer la énième punition du Terrible ce soir-là, j’avais pris les devants.

 

Les devants dans ce genre d’occasion, c’est simple : cela consiste à réserver dans un chouette resto. Ce qui tombait à merveille puisqu’il y avait justement un excellent restaurant qui me faisait saliver depuis un moment.

 

Et ce soir là, j’ai du être catapultée dans une autre dimension.

 

Parce que mon Petit Dernier, malade le matin, était suffisamment rétabli le soir pour ne pas contrecarrer nos plans.

 

Parce que notre baby-sitter habituelle, celle en qui j’ai confiance et qui en plus plaît aux enfants, était libre.

 

Parce qu’on ne s’est pas perdus sur les routes de campagne pour arriver jusqu’au restaurant (bon c’est vrai, j’avais pris la précaution de me munir de ma carte routière, mais miracle des miracles, je n’ai pas eu à m’en servir).

 

Parce que le cadre nous a fait a quitter notre vie de Super-Mario et atterrir dans le monde bien plus agréable de la vie de château (plus précisément de « logis vendéen » mais comme les Vendéens ne font rien comme tout le monde quand on parle de logis ici, ce n’est pas tout à fait  une misérable cabane de paysan, alors qu’une  « villa » sur la Côte d’Azur, cela peut être la copie conforme d’un modeste pavillon de banlieue).

 

Parce que les assiettes, les plats, les coupelles, les verrines, les piques, les soucoupes, les verres, etc, ont passé la soirée à être remplis (par d’autres) et vidés (par nous).

 

Parce que ce n’est pas tous les jours qu’on déguste une telle cuisine et un aussi bon vin.

 

Parce que même après des années, c’est toujours aussi bon de se sentir complices et amoureux.

 

Parce que même les toilettes dans ce genre de restaurant sont un plaisir.

 

Parce que j’ai réussi à marcher jusqu’à la voiture au retour (et non pas à rouler comme je m’y attendais).

 

Parce que le retour s’est passé sans encombre et que les enfants dormaient bien sagement à notre retour.

 

Même le retour à la vraie vie paraît agréable après ça.

Publié dans Ma p'tite vie à deux

Commenter cet article

NatduVénéz 06/12/2007 15:17

Vous avez bien raison d'en profiter parce qu'après tout, c'est ca aussi la VRAIE vie, des moments de Bonheur avec un grand "B"!

elodie 08/12/2007 17:38

Oui tu as tout à fait raison, et c'ets bon aussi de sortir du quotidien.

freesia 05/12/2007 15:42

alors là, tu peux m'imaginer comme dans les cartoons, les yeux exorbités, la langue pendante, les oreilles faisant sortir de la fumée. bref, verte de jalousie la voisine ! tu me donnes des cours de "fines allusions", hein steuuuup !
veinarde, je t'embrasse quand même!

elodie 08/12/2007 17:37

je sens que je vais en rajouter une couche, mais ça vaut vraiment le coup. pour les fines allussions, je ne connais que le "On arrête d'en parler, maintenant on y va". pour la finesse il y a mieux, mais pour l'efficacité, c'est plutôt pas mal ;-)

Isabella 05/12/2007 09:45

Ho bien félicitations pour cette soirée réussie!!

elodie 08/12/2007 17:35

Merci, c'est vrai que c'était ce qu'on peut appeler "une soirée réussie" !

Ashley 04/12/2007 20:54

Ah, un bon resto vendéen avec jambon-mogette, je comprends que ça vous ait fait cet effet... (euh ton antispam me demande de rentrer ma taille de soutif pour valider mon commentaire, je trouve ça un peu limite là)

elodie 04/12/2007 20:59

justement, j'ai appprécié d'échapper aux mogettes ! Et ta taille de soutif c'est 45g7y ? tu en trouves facilement ?