Timing serré

Publié le par elodie

Je suis quelqu’un de très ponctuel. Et puis je suis polie et on m’a toujours expliqué que la ponctualité est la politesse des rois. Vous allez me dire, je ne suis pas reine. Non, mais c’est toujours ça de pris, au moins j’ai quelque chose d’une reine. Enfin, depuis quelques années, j’ai du mieux comprendre que je ne serais jamais une reine, car je suis de moins en moins ponctuelle. Il faut dire qu’une reine, elle n’a pas trois schtroumpfs pour l’empêcher d’être polie, elle ! Ou plutôt elle a plus de serviteurs que d’enfants donc dans le lot, il y en a qui doivent être chargés d’être en retard à sa place.

 

Parce que pour être ponctuelle, je vous assure que je fais ce qu’il faut. Je me lève tôt, pour m’assurer que ma sauterelle ne reste pas sous la couette éternellement et se prépare en moins de 1h30 chrono. Je ne devrais même pas parler, mais juste enregistrer une unique phrase que je pourrais lui passer indéfiniment : « dépêche toi ! ». Avec en option une variante : « tais-toi et dépêche toi ! »

 

Une fois la sauterelle déposée au bus, je n’ai plus que les garçons à houspiller surveiller. Là aussi le « dépêche-toi » est assez utile, avec un peu de « bon ben alors, tartine ou céréales ? décide-toi » et de « un tee-shirt à manches courtes par ce temps ? Et pourquoi pas un short et des tongs pendant que tu y es ? ». Je n’ai toujours pas décidé si je préfères l’âge où les enfants ne peuvent pas s’habiller seuls (« mais attends, ne file pas comme ça, il me reste à mettre l’autre chaussette ! » ) ou celui où ils se débrouillent par eux-mêmes, du moins en théorie (« tu comptes l’enfiler un jour ce pantalon ? »).

 

Mais une chose est sûre, dans les deux cas, ils sont champions pour chambouler mon timing pourtant longuement étudié.

C’est donc toujours au moment de partir que l’un d’entre eux va :

- aller aux toilettes

- se cogner et se mettre à pleurer

- s’apercevoir que le pantalon à un trou

- se renverser quelque chose dessus

- taper sur son frère

- se souvenir du papier à signer qu’il fallait absolument rapporter hier dernier délai à la maîtresse

- repartir chercher le livre à rendre à la bibliothèque (« allez maman, steuplait, sinon j’aurais pas le droit de prendre le dernier Titeuf »)

- casser ses lunettes

Et j’en oublie sûrement, sans compter les arguments qu’ils inventeront demain ou la semaine prochaine car sur ce plan là, ils sont doués en matière d’innovations.

 

Je peux comprendre d’ailleurs que vu leur motivation pour aller à l’école (sauf Petit Dernier qui prend chaque jour de vacances comme une punition sadique), ils ne se précipitent pas pour y arriver les premiers. Mais ce qui me dépasse, c’est qu’ils ne sont pas plus à l’heure pour partir à l’anniversaire de la copine (« attends maman, j’ai pas fini ma carte pour Vanessa »), pour aller au basket (« mais elles sont trop dures à mettre, mes baskets ! ») ou pour quoi que ce soit d’autre.

 

Faut pas s’étonner ensuite si j’ai un peu de mal à être à l’heure à mes propres rendez-vous lorsque je n’ai pas eu l’occasion de me débarrasser de  faire garder mes enfants. La plupart du temps, je finis tout de même par y arriver. Mais il se peut que les choses se corsent et que le Dieu des mères de familles m’ayant complètement abandonnée, je me retrouve à un niveau de retard apocalyptique. C'est-à-dire dans l’incapacité absolue d’arriver le jour dit au rendez-vous. En général (comme ça ne m’est arrivé qu’une seule et unique fois, je peux en faire une généralité), c’est justement le jour où je dois rencontrer une personne qui ne me connaît pas, n’est même pas sûre de mon existence réelle, bref une blogueuse qui peut se dire qu’en vrai « la marguerite » est le pseudo choisi par un terroriste d’Al Qaida pédophile.

 

C’est vraiment dans ce genre de moment que je me dis, bien sûr : « si j’adore mes enfants, c’est pour la sérénité qu’ils ont apporté dans ma vie. »

Commenter cet article

NatduVénéz 13/12/2007 03:01

Tout à fait d'accord pour le bouton OFF...
Mais, quand on y pense, c'est tellement bon quand ça s'arrête... je veux dire quand ils dorment, non ?

Ashley 12/12/2007 00:05

Mon ego surdimensionné prend un peu la fin comme uen dédicace. MAis je te le répète, ça n'est que partie remise pour en profiter sereinement. En fait, ce qui manque sur les enfants, c'est un bouton stop. Ca ce serait vraiment utile

elodie 12/12/2007 08:32

Bien sûr que c'était à notre rendez-manqué que je faisais allusion, je ne pose pas de lapins tous les jours ! Tu n'as donc pas trop peur de rencontrer un terroriste pédophile ? Pour les enfants, ça fait longtemps que je pense envoyer un courrier au SAV justement parce qu'il n'y a ni bouton OFF ni réglage du volume. Inadmissible !