Les yeux humides

Publié le par elodie

Pour les chuchotis fraternels qui dépassent pendant plusieurs jours le niveau sonore d’une conversation normale mais qui s’interrompent systématiquement dès mon entrée dans la pièce.

 

Pour le rouleau de scotch qui disparaît régulièrement de mon bureau dans les jours précédents, et le papier cadeau que je ne retrouve plus quand j’en ai besoin.

 

Pour leur efforts pour garder le secret et camoufler le paquet, dont je ne sais rien avant le jour J sauf que « tu vas voir, tu vas l’adorer mon cadeau maman ! »

 

Pour le sourire jusqu’aux oreilles que mon Terrible arbore dès son lever et qui ne le quitte pas même au moment de boire son bol de chocolat.

 

Pour l’arrivée à la table du petit déjeuner de Petit Dernier les yeux encore ensommeillés mais la voix déjà tonitruante pour crier « bonne fête maman ! »

 

Pour la gaucherie attendrissante de ma Sauterelle, déjà adolescente, mais qui ce jour-là veut rester petite fille et ne sait plus comment gérer cette ambiguïté.

 

Pour les froissements de papier, les petits pas dans l’escalier et les chamailleries pour savoir qui donne son cadeau d’abord.

 

Pour leurs regards et leurs grimaces d’impatience quand j’ouvre délicatement leur paquet cadeau fait main.

 

Pour les ficelles qui s’emberlificotent, les agrafes qui ne se laissent pas dégrafer et le scotch qui ne doit pas abîmer la jolie carte.

 

Pour les mots doux que personne ne leur a dictés, les petits poèmes aux rimes bancales, les messages tendres qu’ils se sont appliqués à écrire, eux qui commencent à peine à savoir former les lettres ou qui savent mais rechignent souvent à le faire.

 

Pour les  trésors d’imagination et de patience qu’il a fallu pour tracer quelques traits, peindre quelques fleurs et créer leur œuvre d’art.

 

Pour ces petites phrases précieuses, parfois maladroites mais qui n’en sont que plus touchantes et qui effacent comme par magie les coups de colère ou la fatigue.

 

Pour ces moments où on se souvient que nous aussi on a eu 10 ans et que notre maman était la plus belle et la plus gentille des mamans.

 

Pour elle qui reste notre maman chérie, pour nous qui le sommes devenues, et pour nos petits poussins qui savent si bien y faire…  

 

Commenter cet article