Maman les p’tits bateaux qui vont sur l’eau

Publié le par elodie

Il y a deux sortes de personnes qui fréquentent les salons : ceux qui viennent pour acheter, ou au minimum, se renseigner dans le but d’acheter, et ceux qui viennent pour regarder. J’ai dans l’idée qu’au Grand Pavois, le salon nautique de La Rochelle, l’essentiel des visiteurs appartient à la seconde catégorie. Enfin, en ce qui concerne les bateaux du moins. D’expérience je peux vous assurer qu’on y achète beaucoup plus facilement des ti’punch, des habits ou des drapeaux pour décorer les chambres des enfants.

 

De toutes façons, j’ai été très claire dès le départ : « Et si on allait chercher des idées pour pas se retrouver sans idée quand on aura gagné au loto ? ». En toute logique, ce genre de proposition ne mange pas de pain et ne donne pas lieu à des objections du style « ah mais non, on ne peut pas, on a une pompe à chaleur à financer ». C’est l’avantage du mot magique loto. Va comprendre pourquoi j’ai le seul homme au monde qui aime bien la mer, qui est même en possession d’un permis bateau dont il s’est servi au moins 2 fois (mais « on ne sait jamais, on pourrait en avoir besoin un jour et ce jour là on sera bien content ») et qui trouve de quoi me répliquer « ah ben non si on  gagne au loto, on n’achète pas de bateau c’est trop d’entretien ». On sent l’homme d’expérience, pour qui les travaux à la fois multiples et insoupçonnés d’une maison ancienne n’ont plus de secrets. Mais comme j’ai toujours raison, j’ai trouvé l’argument choc : « quand on aura gagné un loto, on pourra payer quelqu’un qui s’occupera de l’entretien du bateau ».

 

Malgré toute sa magie, le mot loto reste toutefois à manier avec prudence. Je m’en suis rendu compte le jour où je suis allée remplir une grille avec Petit dernier qui a été très intrigué par ma démarche. Mes explications ont du être un peu simplistes si j’en juge sa déception lorsqu’il a appris que « non mon chéri, on n’a pas gagné ». Cette fois-ci j’ai donc bien précisé que je n’avais pas joué, donc aucune chance de gagner et que c’était juste pour voir.

 

Le souci, c’est que les vendeurs de yachts doivent avoir l’habitude des futurs gagnants du loto et que désormais ils prennent leur précaution. Soit on est munis du billet gagnant et du chèque de la Française des jeux, soit on ne monte pas sur les bateaux. Enfin, pas sur ceux qui font rêver. Le rêve doit rester flou, peut-être pour mieux éviter les déceptions aux enfants.

 

Tant pis, cela ne nous a pas empêché de critiquer, comparer et admirer, ou de choisir nos préférés même s’il faudra revenir une fois les euromillions empochés pour vérifier la taille des cabines. Parce que tout de même, je ne tente pas les supercagnottes pour me contenter de dormir dans un cagibi, non mais ho !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

freesia 07/10/2009 18:31


as-tu vu un stand avec des belles lampes et poufs? je dois y aller pour ce fameux stand depuis 3 ans déjà...


lacroquette 03/10/2009 09:45


Dommage au salon à Paris on peut monter dans tous les bateaux, à moins que cela ait changé. AU moins vous avez passé une bonne journée!


elodie 05/10/2009 15:04


Oui mais au salon à Paris il n'y a pas la vraie mer ! Faudra aller visiter les bateaux en poussette, ce doit être une performance !