Comme un poisson dans l’eau (épisode 2)

Publié le par elodie

Mon frère ayant assassiné accidentellement l’unique poisson rouge que nous ayons possédé dans le but louable de récréer une eau turquoise en trempant un feutre dans son bocal (circonstances atténuantes : il ne devait pas alors avoir plus de 6 ou 7 ans), je n’avais pas une expérience très pointue de l’élevage de poisson. Grave erreur, je pense dans le cas de Bubulle, acheté avec bocal, décorations kitchissimes, machine à bulles pour lui procurer de l’oxygène (si, si, monsieur Bubulle a eu droit à son jacuzzi), et autres accessoires indispensables.

 

Bubulle a donc bénéficié des soins affectueux de mes trois schtroumpfs, chargés de le nourrir (« mais pas trop parce que maman sur le site des poissons rouges on explique qu’il ne faut pas trop leur donner à manger »), de changer son eau (« un tiers à la fois parce que sur le site des poissons rouges, ils expliquent que ça peut le stresser de changer son eau d’un seul coup ») et de veiller à sa santé.


Je dois bien reconnaître qu’ils se sont très bien occupés des deux premiers points. Pour le dernier, ça a été plus problématique, mais je n’irai pas leur reprocher de ne pas savoir détecter les premiers symptômes de la maladie dont Bubulle a été victime en moins de deux semaines. Ma Sauterelle est même rapidement parvenue à poser un diagnostic au nom charmant (merci l’indispensable site des poissons rouges) et j’ai donc pu me précipiter pour acheter le médicament destiné à sauver Bubulle de la « pourriture des nageoires et de la bouche » (sic !!!).

 

Aujourd’hui, je peux vous dire une chose : si les traitements pour humains étaient aussi efficaces, on serait plutôt mal barrés. A moins que la pourriture des nageoires soit vraiment une maladie mortelle. En tout cas, Bubulle n’y a pas résisté et est décédé 15 jours après son adoption.

 

Mais le pire était encore à venir avec le désespoir absolu de Petit dernier. Désespoir qui a résisté à une journée d’école et à de devoirs de maths, signe d’une gravité extrême.

Pour tenter d’endiguer les flots de larmes, il a donc fallu enterrer Bubulle dans le jardin. J’imagine que peu de poissons rouges ont eu droit à un tel service funèbre : croix, stèles avec messages d’adieu, larmes des participants et visites pour se recueillir auprès de la tombe du défunt poisson. Nous avons donc également dû décrire le paradis des poissons, avec des coquillages, des coraux, et de belles algues. « Et des crevettes ? » Ah oui, j’oubliais des crevettes, mais il en a plein bien sûr.

 

Mais surtout il a fallu expliquer que cette fois c’était sûr, il n’y aurait pas de remplaçant à Bubulle. Ni avec des écailles, ni avec des plumes, ni avec des poils. Rien, fini, terminé. Et alléluia, une parade a été trouvée : l’animal virtuel !

 

Après tout, observer un poisson à travers un bocal ou derrière un écran d’ordinateur, c’est pareil, non ?

Commenter cet article

Loubabond 15/02/2010 19:28


Remarque, un poisson rouge empaillé au dessus de la cheminée, ça prend moins de place qu'une tête de cerf!


victoire 01/12/2009 13:22


en tant que connaisseuse sur le sujet " Elodie et les animaux" permets moi de te dire que je ne suis en aucun cas surprise par la mort subite de ton défunt Bubulle , en effet après avoir perdu un
chat assomé par une pomme de terre, puis un autre mort de trysomie, puis un autre qui a préféré fuir sentant sans doute qu'il était mal barré, tu devais bien t'attendre à ce que ce pauvre poisson
ne fasse pas long feu !! un conseil de petite soeur , prends toi un animal empaillé , au moins il est déjà mort !!!


nathalie 22/11/2009 21:36


un conseil,tiens bon! car sinon tu vas te retrouver comme moi à assumer entierement des cochons d'inde,choisis par ma fille, qui vient d'entrer dans l'adolescence en fanfare et comment dire ses
centres d'interet ont changé radicalement si tu vois ce que je veux dire... les poissons n'ont pas fait long feu non plus chez moi,l'esperance de vie du cochon d'inde est plus elevée...allez maman!
assume d'avoir cédé :-//


freesia 19/11/2009 13:04


attends-toi à un enterrement virtuel... lol